Nos actions

Politiques agricoles

L’inclusion de l'agriculture biologique dans les politiques publiques

 

La FNAB, par ses actions transversales sur les politiques publiques travaille à une plus grande visibilité et reconnaissance de la Bio dans la législation agricole. Dans le contexte politique actuel qui soutient un type d'agriculture néfaste pour l'environnement, destructeur de l'emploi rural et moins-disant concernant la rémunération des producteurs, il est indispensable de faire entendre une voix alternative, porteuse d'un autre modèle de société. La FNAB vise à l'émergence d'une nouvelle Politique Agricole Alimentaire, respectueuse de l'environnement et de l'humain.

 

De façon générale, la FNAB défend les spécificités de la bio et tente de rééquilibrer les forces politiques et financières, en valorisant l'efficacité de la bio, et rappelant aux pouvoirs publics leurs engagements en faveur de l'agriculture biologique : 20 % de la surface agricole utile en 2020. En 2012, la FNAB a lancé la campagne "Osons la bio!".

 

Ainsi, à titre d'exemple, la FNAB promeut le développement des soutiens à l’agriculture biologique dans les dispositifs publics (type PDRH, crédit d’impôt bio, mesures agro-environnementales), et ce avec le relai des groupements régionaux de son réseau.

 

Que ce soit au niveau français (travaux sur la Loi de Modernisation Agricole, Grenelle de l’environnement, Loi de finances), au niveau européen (positions sur la Politique Agricole Commune d’aujourd’hui et sa réforme) ou au niveau international (via IFOAM), la FNAB s’investit sur ces sujets pour porter la voix des paysans bio.

 

Elle anime un réseau de groupements de producteurs et analyse les difficultés rencontrées sur le terrain, coordonne les propositions avec les partenaires (IFOAM, PAC2013...), négocie auprès de différents interlocuteurs institutionnels, tisse des liens de confiance avec eux et diffuse l’information au sein de son réseau.

Pour en savoir plus sur la réforme de la PAC : Visitez le site du Groupe PAC 2013, pour une autre PAC

Paris, le 23 janvier 2012. Le 17 janvier en Ariège, le Président de la République a présenté ses vœux au monde rural. Les organisations signataires considèrent que sa vision de la PAC est dépassée. L’appel de Nicolas Sarkozy à changer de modèle agricole n’a pas de sens si la France n’est toujours pas décidée à soutenir une vraie réforme de la PAC, qui accompagne des systèmes agricoles et alimentaires plus durables et moins dépendants des aides.

Fin novembre 2011, alors que les acteurs de la bio rendaient publiques, lors du colloque Osons la bio !, leurs propositions pour développer la bio, le Sénat adoptait deux mesures particulièrement symboliques, dans le cadre du Projet de Loi de Finances 2012 !

 

Le projet de Loi sur les certificats d'obtention végétale a été voté hier par l'Assemblée Nationale. cette Loi instaure, à l'image de ce qui se fait sur le blé,  une cotisation sur 21 espèces visant à indemniser les semenciers pour la réutilisation de "leur génétique" par les producteurs qui re-sèment leur récolte. Cette taxe qui ne dit pas son nom est non discriminante et ne reconnait pas le rôle immémorial des paysans dans la sélection variétale.

 

« L’accord entre le Parti Socialiste et Europe écologie - les verts en vue des élections présidentielle et législative, validé par ceux-ci le 19 novembre, prévoit une nouvelle loi d’orientation agricole. Les deux partis comptent lancer un débat national sur l’agriculture, la pêche et l’alimentation dès 2012 en vue de cette loi débattue au Parlement en 2013.

 

Cet atelier a permis de faire le point avec l'ensemble du réseau FNAB sur les propositions législatives de la Commission européenne et d'identifier quelles étaient les pistes d’actions dans les mois à venir, pour que la bio soit moteur dans ce processus.

Page 3 sur 8