Nos actions

Politiques agricoles

L’inclusion de l'agriculture biologique dans les politiques publiques

 

La FNAB, par ses actions transversales sur les politiques publiques travaille à une plus grande visibilité et reconnaissance de la Bio dans la législation agricole. Dans le contexte politique actuel qui soutient un type d'agriculture néfaste pour l'environnement, destructeur de l'emploi rural et moins-disant concernant la rémunération des producteurs, il est indispensable de faire entendre une voix alternative, porteuse d'un autre modèle de société. La FNAB vise à l'émergence d'une nouvelle Politique Agricole Alimentaire, respectueuse de l'environnement et de l'humain.

 

De façon générale, la FNAB défend les spécificités de la bio et tente de rééquilibrer les forces politiques et financières, en valorisant l'efficacité de la bio, et rappelant aux pouvoirs publics leurs engagements en faveur de l'agriculture biologique : 20 % de la surface agricole utile en 2020. En 2012, la FNAB a lancé la campagne "Osons la bio!".

 

Ainsi, à titre d'exemple, la FNAB promeut le développement des soutiens à l’agriculture biologique dans les dispositifs publics (type PDRH, crédit d’impôt bio, mesures agro-environnementales), et ce avec le relai des groupements régionaux de son réseau.

 

Que ce soit au niveau français (travaux sur la Loi de Modernisation Agricole, Grenelle de l’environnement, Loi de finances), au niveau européen (positions sur la Politique Agricole Commune d’aujourd’hui et sa réforme) ou au niveau international (via IFOAM), la FNAB s’investit sur ces sujets pour porter la voix des paysans bio.

 

Elle anime un réseau de groupements de producteurs et analyse les difficultés rencontrées sur le terrain, coordonne les propositions avec les partenaires (IFOAM, PAC2013...), négocie auprès de différents interlocuteurs institutionnels, tisse des liens de confiance avec eux et diffuse l’information au sein de son réseau.

Pour en savoir plus sur la réforme de la PAC : Visitez le site du Groupe PAC 2013, pour une autre PAC

Les propositions legislatives pour la future PAC ont été élaborées à la Commission européenne durant plusieurs mois. La main est maintenant laissée au Conseil des ministres et au Parlement européen, pour une codécision qui devra s’achever début 2013 au plus tard. A Paris, le projet a été présenté par Yves Madre, un ancien du Ministère de l’agriculture et désormais bras droit de Dacian Ciolos, commissaire européen à l’agriculture. Decryptage.

Dominique Marion, Président de la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique des régions de France (FNAB), réagit aux propositions de la Commission européenne pour la future PAC : « le retour du soutien à la conversion bio dans le pilier développement rural est une grande victoire en France». Cependant« ces dispositions devront s’accompagner de politiques nationales ambitieuses et cohérentes en faveur de la bio. »

Attention la date du 8 décembre a été décalée au 9 janvier pour cause de grèves.

La présentation des propositions législatives de la Commission européenne pour la réforme de la PAC,  sera l’occasion de revenir sur l’outil de politique publique qu’est la PAC : son histoire, son orientation, son mode de fonctionnement, et d’identifier comment transformer cet outil afin qu’il emporte l’agriculture européenne vers plus de durabilité et la place de la bio : enjeux de la réforme de 2013, propositions, débat, actions sont au programme !

Après une étude approfondie de deux mesures du volet agricole du rapport de l'Inspection Générale des Finances sur les niches fiscales : crédit d'impôt biologique et agro carburants, la FNAB a rédigé un communiqué de presse afin de s’assurer de la bonne inscription du crédit d’impôt biologique dans le PLF2012. Six organisations environnementales majeures ont cosigné ce communiqué.

25 Organisations françaises et européennes, dont la FNAB et IFOAM, ont cosigné une tribune dans le Journal "LaTribune"  afin de dénoncer le "verdissement" au rabais proposé par la Commission européenne. Les organisations menacent de retirer leur soutien à Dacian Ciolos, Commissaire européen à l’agriculture, si te tir n'est pas rectifié lors des prochaines discussions.

>> Pour lire la tribune, cliquez ici

Page 4 sur 8